LE FILM

NOTRE DAME DE PARIS

2021
du 17.03.2021 au 07.05.2021
Catégorie : Opéra
Genre : Ballet
Durée : 3 mois
Lieu : Opéra Bastille
Poursuiteur(se)
Poursuite

Inusable, cette grande fresque que Roland Petit conçut en 1965 pour le Ballet de l’Opéra dans un style violemment marqué par son temps. Tout ici a la couleur des années 60-70. Et la musique de Maurice Jarre, qui sent son TNP, est comme une carte de visite : raide, cadencée, sans le moindre frémissement émotionnel, empreinte d’un pompiérisme presque mécanique. Mais efficace, et correspondant parfaitement aux découpes du ballet de Petit, où les tableaux se suivent comme des fresques de carton mobiles, animés par les costumes d’Yves Saint-Laurent, chics et choc, entre caricature et géométrie. On admire notamment le décor conçu par René Allio, habituel partenaire de Planchon, où l’on retrouve dans le bariolage de la façade de Notre-Dame, un peu de la patte de Rouault dans Le Fils Prodigue en 1929, tout comme on retrouve dans le style de Petit, une trace de l’expressionnisme rugueux de Balanchine dans le même ballet.

Mais là s’arrête la ressemblance, car Petit, alors au plus fort de son talent, sait offrir des instantanés d’une force et d’une plasticité très originales. Et sa gestique accrocheuse, large et graphique, s’inscrit magnifiquement dans l’espace. Certes, pour les ensembles, on s’est lassé de ces groupes de femmes provocantes aux énormes faux cils et aux mamelles dignes des nanas de Niki de Saint-Phalle, et de leur esthétique criarde. On s’est lassé de leurs gestes saccadés et répétitifs, de leur façon vulgaire de forcer l’attention. Mais pourtant le charme demeure, car il y a là de formidables oppositions de personnages et en premier le duo gagnant d’Esmeralda-Quasimodo, la belle et la bête, tandis que l’affreux Frollo, entre ces deux êtres réunis par leur marginalité, doit imposer son personnage ambigu.

A l’époque de la création, les étoiles s’appelaient Claire Motte, Esmeralda bizarrement musculeuse, et Cyril Atanassoff, peut-être jamais égalé. Tant d’autres magnifiques étoiles se sont ensuite succédé dans ces silhouettes mythiques, dont la découpe les rend extrêmement valorisants, à l’exception de Noureev, qui rata son incarnation de Quasimodo. Et il est incontestable que Nicolas Le Riche, dont on se dit qu’il est un peu trop beau pour incarner le pauvre bossu, marque le rôle de façon aussi spectaculaire qu’émouvante. Véritablement hugolien, il a la largeur d’épaules et d’âme qu’il faut pour tordre les cœurs. Face à lui, Eleonora Abbagnato trouve un de ses meilleurs rôles, car sa beauté et une certaine sécheresse dans ses tracés campent une Esmeralda à la dure séduction, qui fascine par instants. Le rôle du fringant Phébus ne requiert rien de plus qu’un très joli jeune homme aux boucles blondes et à la riche cape flottante, et Florian Magnenet s’en acquitte avec le panache suffisant.

En revanche, on s’étonne de ce qui apparaît comme une sérieuse erreur de distribution : si brillant que soit Josua Hoffalt, si incisif soit-il, avec sa silhouette fine et ses grands jetés aériens, il n’a rien du sinistre Frollo, dont l’ombre et l’âme noires doivent planer comme une menace sur toute la fresque, avec des gestes qui vampirisent l’espace. On n’y a guère oublié un Laurent Hilaire, à l’aura aussi ambiguë que glaciale. L’absence d’une personnalité suffisamment expressive dans ce formidable rôle désaxe un peu le ballet. Mais l’ensemble passe en force, sinon en charme, et finit par convaincre, notamment dans les scènes clefs qui ont fait la légende de ce ballet : ainsi lorsque Quasimodo détache Esmeralda du gibet et balance son corps inerte comme une cloche. Très sensibilisé à l’idée du proche départ de Le Riche, et bouleversé par la subtilité de son interprétation, le public lui a fait un triomphe, ainsi qu’à ses camarades et plébiscité le chef Kevin Rhodes, extrêmement convaincu à la tête de l’Orchestre national d’Île-de-France.

L'AFFICHE

;
;

DIVERS

Les photos
Les photos
Les photos
Les photos
Les photos
Les photos
Photo de poursuite
Photo de poursuite
Photo de poursuite
Photo de poursuite
Photo d’équipe
Les photos

L'EQUIPE

COUDRAIS Florence : Poursuiteur(se) 
DESS Paul : Poursuiteur(se) 
GONELLA Renaud : Poursuiteur(se) 
RICHARD Elizabeth : Poursuiteur(se) 
;

ELIZABETH RICHARD

Née le 29 Février 1980
Nationalité Française
Titulaire du permis B
Véhiculée

Equipée d’une unité de tournage 4K

Représentée par l’agence My Agency
Mylène JACK-ROCH
Tél. +33 6 37 57 82 46
mylenejr1@gmail.com